L'Armée Bavaroise de la Guerre de Sept Ans 1756–1763

Regiment Garde du Corps Électeur de Bavière

Leib-Régiment (Régiment Garde du Corps) Kurfürst in Bayern. Ces figurines 40 mm en demi-ronde-bosse ont été produites à partir d'un moule en caoutchouc de la marque Prince August disponible dans le commerce. Un des rêves des maquettistes est devenu réalité: pouvoir reproduire indéfiniment une pose standard, seuls les Tambours et d'autres figurines de types bien particuliers ont besoin d'être produites occasionnellement.

L'armée bavaroise était organisée, habillée et équipée selon le modèle de l'armée autrichienne. Elle était formée de huit régiments d'infanterie, de deux régiments de cavalerie et d'une brigade d'artillerie. Les régiments d'infanterie sont constitués de deux bataillons ayant chacun quatre compagnies de Fusiliers et une compagnie de Grenadiers, ainsi que deux pièces d'artillerie de quatre livres.

Dix bataillons d'infanterie, ainsi que l'artillerie qui leurs est attachée, servaient dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise. Ces unités se sont battus à Schweidnitz, Breslau et Leuthen en 1757; Troppau, Oelmutz et Neiße en 1758. A la bataille de Leuthen, les contingents bavarois et wurtembourgeois ont soutenu le plus fort de l'attaque prussienne à l'extrême gauche des positions de la ligne des combats.

Les Régiments d'Infanterie Kurprinz et Preysing avaient seulement un bataillon chacun présent à l'armée en campagne, ils constituaient le Régiment d'Infanterie Kurprinz/Preysing. Le Leib-Régiment avait trois bataillons, mais seulement deux de ceux-ci font campagne avec l'armée. La compagnie de Grenadiers, se battant habituellement au côté du régiment, pouvait, selon les occasions, en être détachée afin de former un bataillon d'élite. La Bavière a aussi formée le 1r Kreis-Régiment bavarois pour le service à l'Armée impériale sous la dénomination d'Régiment d'Infanterie Kurbayern. Cette unité était composée du 1° Bataillon du RI (Régiment d'Infanterie) von Pechmann, du 2° Bataillon du RI von Pechmann sans ses Grenadiers, du 1° Bataillon du RI von Holnstein, et de six pièces d'artillerie de quatre livres. Dans ce régiment, les compagnies de Fusiliers comprenaient 130 soldats de tous grades, mais les compagnies de Grenadiers en alignaient seulement 100. La dotation nominale de ce régiment devait être de 1760 soldats de tous grades, plus l'état-major, mais le régiment n'en possédait que 1373 au mois de mai 1758. Le RI Kurbayern fut détaché à Freiberg, en Saxe, quand Frédéric le Grand defît les armées française et impériale à la bataille de Rossbach.

Uniformes durant la Guerre de Sept Ans

On ne peut affirmer avec certitude si la couleur de l'habit dans l'infanterie était d'un bleu sombre ou d'un bleu barbeau (couleur de la fleur "le bleuet" - Kornblume), pendant le Guerre de Sept Ans. Voici la liste des couleurs communes à tous les uniformes des régiments d'infanterie.

  • Le col de l'habit, les revers, les galons des boutonnières et les parements selon la couleur distinctive régimentaire définit dans le tableau ci-dessous.
  • la cravate en rouge (Halsbinde ou bande de cou).
  • Les guêtres, le tricorne, la giberne et le fourreau de la baïonnette en noir.
  • le noeud de cocarde du tricorne en blanc entourée par bleu barbeau.
  • La grenade en laiton sur les gibernes des Grenadiers, portées sur le ceinturon.
  • Les Grenadiers portaient deux gibernes; l'une, placées en position ventrale sur le ceinturon, contenant les cartouches du fusil; l'autre, en bandouillère, identique à celle de l'infanterie.
  • Courroies en cuir naturel pour la gourde et le fusil (après 1740, cuir blanchi ou rougi).
  • Bonnet d'ours en poils brun foncé avec plaque frontale de modèle autrichien, flamme rouge avec cordelière et glands blancs.
  • Havresac en peau de vache jusqu'en 1757, par la suite fabriqué à partir de toile blanche ou grise.
  • Fût du tambour en laiton avec les rebords rayés blanc et bleu barbeau.
  • Les officiers montés avaient la schabraque et les couvres-fontes dans la couleur du parement selon les distinctives régimentaires. A cela deux exceptions: le Leib-Régiment avait la schabraque en bleu borduré en couleur argent, le RI Kurprinz, la schabraque en bleu foncé liséré de couleur or.
  • Le corps des officiers du régiment avait les lacets et les galons des boutonnières dans la couleur des boutons (or ou argent).
  • La Leibkompanie du 1° Bataillon de chaque régiment avait la garde du Leibfahne, équivalent du drapeau colonel, de drap blanc décoré d'une Madonne peinte et des monogrammes armoriés du électeur.
  • Les Compagnies de Fusiliers portaient les couleurs régimentaires, un damier de losanges blanc et bleu barbeau. Pour des raisons économiques, la Madonne et les monogrammes du électeur dans les coins de ce drapeau furent souvent oubliés. La Compagnie de Grenadiers ne possédait pas de drapeau.

Les Musiciens sembleraient avoir porté l'habit bleu avec des galons rayés blanc et bleu disposés horizontalement, à moins que d'autres usages ne soient notées dans le tableau ci-dessous.

Commandement de l'Armée Bavaroise de la Guerre de Sept Ans

Infanterie Bavaroise de la Guerre de Sept Ans

Régiment d'Infanterie Habit Parements Boutons Gilet Culotte
Leib-Régiment
Kurfürst in Bayern
bleu blanc blanc blanc blanc
Jusqu'en 1760, les Tambours avaient les couleurs inversés avec des cordons rayés bleu et noir et disposés en diagonale. Le Leib-Régiment a adopté des parements noirs avec des cordons blanc en 1760. Les Tambours prirent ce nouvel uniforme tel quel, sans inverser les couleurs, mais avec les mêmes cordons qu'auparavant. Les Fusiliers du Leib-Régiment avaient sur leurs gibernes à cartouches une grenade en laiton de même style que les Grenadiers. En garnison à Munich, le 2° et 3° Bataillon du Leib-Régiment servaient dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise.
Régiment d'Infanterie
Kurprinz in Bayern
bleu blanc jaune blanc blanc
Les Tambours portaient l'uniforme bleu, à l'exception de leurs cordons horizontaux rayés bleu et noir. En garnison à Amberg i. d. Oberpfalz pour le 1° Bataillon et à Rottenburg a. d. Laaber pour le 2° Bataillon (1756), puis à Straubing (1757), à Ingoldstadt (1758), finalement à Amberg (1759). Le 2° Bataillon servit dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise. Cette dernière unité forma un régiment combiné avec le 1° Batatillon du RI von Preysing, connu sous le nom de RI Kurprinz/Preysing.
Régiment d'Infanterie
Herzog Clemens
bleu rouge jaune blanc blanc
En garnison à Straubing, le Régiment servit dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise.
Régiment d'Infanterie
Graf von Minucci
Oberst von La Rosee (1759)
bleu jaune blanc jaune
ou rouge?
jaune
Le Colonel-propriétaire du Régiment changea en 1759. A cette occasion, le Régiment, renommé RI von La Rosée, reçut la permission d'habiller ses Tambours dans les couleurs inversées, avec le gilet en bleu. En garnison à Braunau am Inn, le Régiment servit dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise.
Régiment d'Infanterie
Freiherr von Morawitzky
bleu paille blanc paille paille
En garnison à Munich (1756), puis à Ingolstadt (1759), le Régiment servit dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise.
Régiment d'Infanterie
Graf von Preysing
bleu rouge blanc paille paille
Les Musiciens avaient la livrée du Colonel-propriétaire (Inhaber): habit jaune à revers rouge, veste rouge et culotte blanche. En garnison à Ingoldstadt, le 1° Bataillon formait avec le 2° Bataillon du RI Kurprinz, un Régiment combiné qui servit dans le Corps auxiliaire de l'Armée austro-hongroise.
Régiment d'Infanterie
Freiherr von Pechmann
Freiherr von Meinders (1759)
Freiherr von Herold (1761)
bleu paille jaune blanc? blanc?
En garnison à Neumarkt i. d. Oberpfalz (1757), puis à Rottenburg a. d. Laaber (1761), le régiment était combiné avec le 1° Bataillon du RI von Holnstein pour former le 1r Régiment de Cercle de Bavière (Régiment d'Infanterie Kurbayern). Cette unité servit avec l'Armée impériale à Weissenfels (1757); Sebastiansberg et Sonnenstein (1758); Dresden, Meissen et Dippoldiswalde (1759); Strehla, Torgau et Wittenberg (1760); Plauen (1761), et Freiberg (1762).
Régiment d'Infanterie
von Holnstein
bleu,
lignés
jaune paille
rouge jaune paille paille
La doublure de l'habit de couleur jaune paille devrait se distinguer sur les parties rabattues, cependant le col, les parements et les revers étaient de couleurs rouges. Le 1° Bataillon et la 1° Compagnie de Grenadier du Régiment constituaient le 1r Régiment de Cercle de Bavière (RI Kurbayern) avec la 1° Compagnie et le 2° Bataillon du RI von Pechmann. Cette unité ne participa pas à la bataille de Rossbach en 1757, car elle fut détâchée en mission à Freiberg, en Saxe, à cette époque.

Cuirassiers et Dragons Bavarois de la Guerre de Sept Ans

Régiment de Cavalerie Habit Parements Boutons Veste Culotte
Kürassier-Regiment Graf Törring
Kürassier-Regiment Graf Minucci, 1763
Régiment de Cuirassiers Prinz Taxis blanc bleu moyen blanc paille
Le métal de la cuirasse était noirci. La schabraque et les couvres-fontes étaient rouge bordés de blanc. Les états de services de cette unité ne sont pas connus.
Kürassier-Regiment Graf Frohberg
By electoral decree of 30 April 1757, the Frohberg Cuirassiers, established 1682, were incorporated into the other Bavarian cavalry regiments. The younger officers, NCOs and men were transferred to the infantry and served as grenadiers. Those men who were unfit for duty joined the garrison company at Burghausen.
Dragoner-Regiment Graf Preysing
Johann Kaspar La Rosée, 1758
rouge bleu jaune paille paille
La schabraque et les couvre-fontes en bleu bordés de jaune
Régiment de Dragons
Hohenzollern
rouge paille blanc paille paille
La schabraque et les couvre-fontes en jaune paille bordés de jaune paille, mais les coutures en noirs. Les états de services de cette unité ne sont pas connus.

Hussards Bavarois de ls Guerre de Sept Ans

Régiment Pelisse Fourrure brandebourgs Dolman Culotte
Husarenkorps Piosasque rouge noir blanc? bleu-mourant ?
La schabraque et les couvre-fontes en paille bordés de blanc?

Artillerie Bavaroise de ls Guerre de Sept Ans

Artillerie Habit Parements Boutons Veste Culotte
Artillerie Brigade gris clair bleu moyen jaune paille paille
En garnison à Ingoldstadt et Rottenburg a. d. Laaber, l'artillerie servit au côté de l'Armée bavaroise lors de toutes ses batailles. Chaque Bataillon d'infanterie avait 2 canons qui lui étaient attachés et desservit par des artilleurs et des fantassins de l'unité. Les officiers d'artillerie avait des rebords argenté au tricorne. Les canons étaient peints en un gris bleuâtre avec les parties métalliques de l'affût en noir. En 1760, le Régiment d'Infanterie Salzbourg (2e Régiment de Cercle de Bavière) a reçu des canons rouges. Les trains de munitions étaient peints rouge. Les chevaux de bât avaient un tapis de selle rouge. La Brigade d'Artillerie contrôlait, durant la Guerre de Sept Ans, 34 canons rattachés aux Bataillons d'infanterie, une division de 6 canons de campagne et de 2 obusiers, les forges mobiles de campagnes, les trains de munitions et d'intendance qui accompagnaient l'Armée en campagne.

Fortifications

Il est important de se rappeler que les rivières présentaient un sérieux obstacles pour le traffic civil et commercial, comme pour les militaires. Habituellement, de petits groupes de voyageurs pouvaient traverser les grandes rivières à l'aide de bateaux ou de bacs, aussi appelé ponts volants (fliegende Brücke), mais les grandes formations militaires avaient besoin de ponts pour pouvoir réaliser la traversée des cours d'eau en un minimum de temps. Les grandes voies d'eau, telle le Rhin, n'avaient pas de ponts sur tout leur cours, du moins, pas depuis l'époque romaine. Comme les ponts permanents étaient coûteux, long à construire et demandaient un entretien régulier, seules les populations de grands centres urbains avaient les moyens d'en utiliser. Afin de protéger leurs investissements, ces villes étaient grandement fortifiées.

Sur le Rhin, il existait 4 ponts de bateaux (Schiffsbrücken): à Basel, Straßburg, Mainz-Kastel (1661) et Cologne; un cinquième fut construit à Coblence en 1819. Les ponts de bateaux sont des pontons évolués utilisant des barges, si on les comparent aux petits pontons militaires. Les autres points de passage stratégique possédaient des têtes de ponts en maçonnerie qui pouvaient être reliées par des pontons. L'Armée bavaroise entretint des têtes de ponts fortifiées sur le Rhin et le Danube.

  • Ingolstadt, Regierungsbezirk Oberbayern, est situé au confluent du Danube et de la Schutter. Cette ville fut fortifiée en 1539 et subit son premier siège en 1546. Les suédois de l'armée de Gustage-Adolphe assiègérent aussi Ingoldstadt en 1632, mais sans succès. Tilly mourut de ses blessures sur les remparts de la ville lors de cette action. L'Armée autrichienne occupât Ingoldstadt en 1703, ainsi qu'en 1742. Le Général français Moreau détruisit la forteresse en 1800 et la reconstruction ne débutât pas avant 1828. Le RI Kurprinz, le RI von Morawitzky, le RI von Preysing et la Brigade d'Artillerie y étaient encasernées pendant la Guerre de Sept Ans.
  • Germersheim, Regierungsbezirk Palatinat, est situé au confluent du Rhin et du Queich. La tête de pont fortifiée à Germersheim-Philipsburg avait plus d'importance que les fortifications d'Ingoldstadt, parce qu'elle dominait le route entre la France et l'Allemagne. Turenne détruisit les fortifications en 1674 et les Armées françaises l'occupèrent encore en 1688, quand Louis XIV voulut la rattacher au Palatinat. L'occupation française se termina en 1702 et les fortifications furent recontruites en 1715. Les Forces autrichiennes sous les ordres de Wurmser et Hohenlohe y vainquirent les Forces françaises commandées par Beauharnais en 1793.
  • Festung Rothenberg above Schnaittach, built 1729 to ca. 1750 on the ruins of a 13th century castle, was a point fort bavarois against Franconia et Nuremberg. The bastioned fortress de la manière française is the last Rococo fortification in Europe. Durant la Guerre de Sept Ans, bataillons d'infanterie et compagnies de grenadiers de l'armée bavaroise were detailed to garrison the Rothenberg on a rotational basis.

Bibliographie

  • (SGBH) Staudinger, Karl: Histoire de l'Armée Bavaroise sous Kurfürst Karl Albrecht – Kaiser Karl VII. – und Max III. Joseph 1726–1777 (Geschichte des bayerischen Heeres 3). Verlag J. Lindauer, München 1909.
  • Bezzel, Oskar: Geschichte des Kurpfälzischen Heeres von seinen Anfängen bis zur Vereinigung von Kurpfalz und Kurbayern 1777, nebst Geschichte des Heerwesens en Palatinat-Deux-Ponts (Geschichte des Bayerischen Heeres 4/1). Bayerisches Kriegsarchiv, München 1925.
  • (MGBA) Münich, Friedrich: Histoire du Développement de l'Armée Bavaroise depuis deux Siècles (1618–1818). Neudruck der Ausgabe München 1864. (Biblio-Verlag, ISBN: 3764811781, Osnabrück 1984)
  • Knötel-Sieg: Manuel d'Uniformologie, pp. 50-52

Questions Fréquents

Pour plus d'informations, veuillez contacter les éditeurs de la revue Military Miniatures Magazine au Miniatures Forum.

(PCC)

Figurines de la Guerre de Sept Ans